Patrimoine de La Rouxière

La Rouxière, village fleuri au passé minier.

La Rouxière au fil des époques

Au XIIe siècle,

à l’emplacement de l’actuel lieu-dit la cour, se tient la Châtellenie du Château-Fromont, dont ne reste visible que la butte médiévale sur laquelle s’élevait le château, et une digue qui retenait les eaux d’un grand étang et qu’on peut distinguer en empruntant le sentier pédestre qui rejoint l’Herbraire.

Au XIXe siècle

  • ouverture d’une carrière de calcaire avec un four à chaux à la Grasserie
  • ouverture d’une mine de charbon à la Gautellerie, exploitée de 1896 à 1911 (200 personnes employées en 1900).
  • construction de l’école publique (1880)
  • construction de l’église néo-gothique (1896-1898) avec des pierres issues d’une carrière située sur le territoire de la commune (devenue réserve d’eau)

Vestiges de l’époque de l’exploitation du charbon

Cheminée et pied de cheminée, entrée du puits de mine, constructions diverses : corons, bâtiments de direction, infirmerie, grange à chevaux…

Le site fait partie de la Route du Charbon.

  • construction de l’école publique (1880)
  • construction de l’église néo-gothique (1896-1898) avec des pierres issues d’une carrière située sur le territoire de la commune (devenue réserve d’eau)

Village fleuri

Pour la qualité de son fleurissement, son souci de l’inscrire dans le Développement Durable, la commune a mérité 2 fleurs au concours national des villages Fleuris.

Partager cette page sur :